Unités Expérimentales : Appel pour un vrai débat scientifique

Dans la même perspective que l'appel de son congrès d'octobre 2006 à Narbonne, de l'intervention au cours du Comité Technique Paritaire du 5 décembre et de son soutien au mouvement lancé par les personnels des Unités Expérimentales (en savoir plus), la CGT-INRA appuie la démarche de responsables et d'élus de l'organisme qui, dans une lettre ouverte à la Direction Générale de l'organisme, demandent l'ouverture d'un véritable débat scientifique pour le développement des Unités Expérimentales à l'INRA et appuient le collectif des UE.
A ce titre, la CGT-INRA porte à la connaissance de l'ensemble du personnel, avec la liste des 45 premiers signataires, le texte de cette lettre ouverte qui circule actuellement.

Si vous souhaitez vous associer à cette lettre ouverte,
vous pouvez adresser un message à Jean-Louis Durand (jldurand@lusignan.inra.fr)

Lettre ouverte à la Direction Générale de l'INRA

Nous, responsables scientifiques, élus dans différentes structures de l'INRA, souhaitons mettre en débat la restructuration des Unités Expérimentales (UE).

La Direction Générale de l'INRA a choisi de réduire le nombre des UE de façon drastique et de concentrer celles qui subsisteraient en dépit de toutes les conséquences négatives qui peuvent en résulter pour les personnels et les recherches INRA, en dépit du caractère fondateur et essentiel de ces activités pour l'identité de l'INRA. Cette situation est dénoncée depuis des mois à l'INRA comme à l'extérieur.

La construction du dispositif des UE au sein du même organisme a demandé de nombreuses années (achats de parcelles d'expérimentation, équipements lourds, constitution de collectifs de travail ayant des compétences spécifiques, relation avec des partenaires professionnels, insertion dans des réseaux locaux, etc.). Ce patrimoine ne peut être démantelé de façon irréversible sans que le rôle qu'il pourrait jouer dans les recherches à venir de l'Institut ne soit correctement évalué et mis en débat.

Cette restructuration qui n'a fait l'objet d'aucun réel débat scientifique de fond dans l'Institut pose en effet des questions vitales pour l'avenir de la recherche agronomique qui ne peuvent être éludées. Par exemple :

- En matière d'expérimentation agronomique, est-il pertinent de jouer à tout prix la carte de la concentration géographique ? Que perdons-nous ? Quels risques prenons-nous ? L'heure n'est-elle pas venue d'analyser d'un même mouvement la façon dont se distribue le dispositif d'expérimentation de l'INRA sur l'ensemble du territoire national, de reconnaître que la structure spatiale des dispositifs expérimentaux prend une importance cruciale ? Les préoccupations grandissantes de développement durable ne supposent-elles pas de garantir sur le long terme des possibilités d'expérimentation dans des gammes d'environnements variés pour appréhender les effets imprévus des transformations en cours sur les écosystèmes, les systèmes de culture et d'élevage, l'agriculture durable, la toxicologie, et la chaîne alimentaire jusqu'à l'homme ? Dans cette perspective, la France avec la diversité de ses systèmes de cultures et l'étendue de ses territoires n'a-t-elle pas à affirmer un rôle particulier en Europe ? Enfin, l'histoire de l'épidémiologie n'invite-t-elle pas à la prudence quant au regroupement d'UE animales sur de mêmes sites ?

- L'évolution d'une unité expérimentale doit-elle être raisonnée dans la même temporalité que celle d'une culture in vitro ou d'un modèle de simulation ? Quelles sont les contraintes inhérentes à l'enregistrement de données de terrain dans le cadre de protocoles de longue durée ? N'est-il pas naturel d'assumer pleinement les efforts à consentir pour assurer la continuité de ces dispositifs, de leurs équipes et l'entretien du patrimoine ? En quoi ces activités nécessitent-elles des compétences particulières ? Que perd-on si on renonce à cette possibilité ? Ne faut-il pas s'interroger sur la dérive inquiétante que représente, à l'INRA comme ailleurs, le développement de modèles de plus en plus vides de contenus empiriques, posant des problèmes croissants de validation des connaissances produites ?

- L'avenir des UE de l'INRA ne concerne-t-il que l'INRA ? L'expérimentation agronomique n'est-elle pas un maillon fondamental du processus d'innovation en agriculture et un objet partagé avec de nombreux partenaires ? N'est-il pas impératif que l'évolution du dispositif expérimental de l'INRA fasse l'objet d'une concertation scientifique globale, conduite au plan national, associant nos partenaires scientifiques extérieurs mais aussi l'interprofession et les personnes directement concernées par la redéfinition du dispositif de R&D lié à l'agriculture (Instituts techniques, chambres consulaires, collectivités territoriales, syndicats agricoles, associations de consommateurs, ) ? Les souhaits affichés par l'INRA d'approches multidisciplinaires intégrées, sur des systèmes agricoles en conditions proches de la pratique (y compris innovantes) peuvent-ils déboucher sur des propositions concrètes si l'on réduit en même temps le périmètre et les moyens des UE de l'INRA ?

De nombreuses questions restent en suspens. Il nous faut donc mettre en place une réflexion de fond pour repenser ensemble le rôle des UE dans une perspective globale tenant compte d'une stratégie scientifique d'ensemble de l'Institut et de l'avenir du dispositif de R&D.

C'est pourquoi, bien au-delà de la réunion des Conseils Scientifiques de Départements organisée en ce début d'année 2007, nous demandons qu'un débat scientifique large soit organisé pour construire une vision à long terme du statut de l'expérimentation à l'INRA. Nous demandons donc que les Conseils Scientifiques et de Gestion des Départements organisent la consultation dans leurs domaines, que des échanges entre départements soient établis, et que les partenaires extérieurs soient associés à la réflexion. Nous demandons aussi que cette question qui est un élément clé de la stratégie scientifique de l'INRA soit mise à l'ordre du jour des débats du Conseil Scientifique National.

Nous appelons en conséquence pour l'heure à un moratoire sur la fermeture des Unités Expérimentales et à un arrêt de la réduction de leurs moyens en personnel, en équipement et en fonctionnement. En cela nous soutenons sans réserve la démarche des agents du collectif des UE qui appelle l'ensemble des personnels à soutenir leur action.

Nous vous appelons à soutenir cette démarche par votre signature à cette lettre ouverte.

Premiers signataires (classés par ordre alphabétique) :
- Franck ARIES (IE Avignon) élu au Conseil Scientifique (CS) du département (Dpt) MIA, UR Biostatistique et processus spatiaux
- Daniel AUCLAIR (DR Montpellier) DU adjoint de l'UMR AMAP (Botanique et bioinformatique de l'architecture des plantes), Dpt EFPA
- Marie-Anne AUGER-ROZENBERG (CR Orléans) élue au CS du Dpt EFPA, UR Zoologie Forestière
- Nicolas BERNET (DR Narbonne) - élu au CS du Dpt EA, laboratoire de biotechnologie de l'environnement
- Jean-Michel BESLE (IR Theix) co-responsable du programme ANR « Agilait » visant à améliorer la qualité du lait, UR Herbivores, équipe «  Digestion microbienne et absorption » (DIMA), Dpt PHASE
-
Jean-Pierre BLEIN (DR Dijon) ancien DU de l'UMR Phytopharmacie, UMR Plante - microbe - environnement : biochimie, biologie cellulaire et écologie, Dpt SPE
- François BOCQUIER (PR ENSAM Montpellier) DU de l'UMR Élevage des ruminants en régions chaudes, Dpt PHASE
- Elisabeth BOUDON (DR Dijon) responsable de l'équipe « biologie et écologie des phytoplasmes », UMR plante - microbe - environnement : biochimie, biologie cellulaire et écologie, Dpt SPE
- Judith BURSTIN (DR Dijon) - élue au CS du DGAP, UMR Génétique et écophysiologie des légumineuses, Dpts GAP&EA
- Gérard CABELLO (DR Montpellier) - élu CGT en CAP des DR, UMR Différenciation cellulaire et croissance, Dpts PHASE&AlimH
- Philippe CAMBIER (DR Versailles) UR PESSAC (Physicochimie et écotoxicologie des sols d'agrosystèmes contaminés), Dpt EA
- Françoise CELLIER (CR Montpellier) élue au CS du Dpt BV, UMR Biochimie et physiologie moléculaire des plantes
- Yves CHILLIARD (DR Theix) élu CGT en CAP des DR, responsable de l'équipe Tissu Adipeux et Lipides du Lait, UR Herbivores, Dpt PHASE
- Jean-Louis DURAND (CR Lusignan) observateur CGT au Conseil Scientifique National de l'Inra, UR Écophysiologie des plantes fourragères, Dpt EA
- Taline ELMAYAN (CR Versailles) - élue au CS du Dpt BV, laboratoire de biologie cellulaire
- Abraham ESCOBAR (CR Lusignan) - élu au CS du Dpt EA, UR Écophysiologie des plantes fourragères
- Jean-Louis ESCUDIER (IR Montpellier) DU de l'UE oenologie de Pech-Rouge, Dpt CEPIA
- Christian GARY (DR Montpellier) - élu au Conseil Scientifique National de l'Inra secteurs EA et EFPA, élu au CS de Centre, DU adjoint de l'UMR Fonctionnement et conduite des systèmes de cultures tropicaux et méditerranéens, Dpt EA
- Alain GOJON (DR Montpellier) UMR Biochimie et physiologie moléculaire des plantes, Dpt BV, ancien élu au Conseil Scientifique National de l'Inra
- Michel GOULARD (CR Toulouse) élu CGT en CAP des CR, UR Biométrie et Intelligence Artificielle, Dpt MIA
- André GRANIER (DR Nancy) DU de l'UMR Écologie et écophysiologie forestières, Dpt EFPA
- Sylvie HUET (DR Jouy) élue au Conseil Scientifique National de l'Inra secteurs SAE2, MIA et SAD et élue au CS du Dpt MIA, UR Mathématiques et informatique appliquées
- Catherine LAURENT (DR Versailles) - UMR Sciences pour l'action et le développement, Dpt SAD
- Monique LAVIALLE (DR Jouy) - DU de l' UR Nutrition et régulation lipidique des fonctions cérébrales, Dpt AlimH
- Bernard LEBOEUF (IR Lusignan) UE d'insémination caprine et porcine, co-président de la commission Inra ovine et caprine, Dpt PHASE
- Noël LE GOFF (CR Nancy) responsable de l'équipe « Croissance » du Laboratoire d'Etudes des Ressources forêt-bois, Dpt EFPA
- Christine LE GUERNEVE (IR Montpellier) élue au Conseil Scientifique National de l'Inra secteur CEPIA, UMR Sciences pour l'oenologie, Dpts CEPIA&MICA
- Marc LEPETIT (CR Montpellier) élu CGT au Conseil d'Administration de l'INRA, UMR Biochimie et physiologie moléculaire des plantes, Dpt BV
- Michel MEURET (DR Avignon) UR Ecodéveloppement, Dpt SAD
- Claude MILLIER (DR) - directeur scientifique, AgroParisTech
- Diego MORGAVI (CR Theix) responsable adjoint de l'équipe DIMA (Digestion microbienne et absorption), UR Herbivores, Dpt PHASE
- Gérard NEPVEU (DR Nancy) - élu au Conseil Scientifique National de l'Inra secteurs EA et EFPA, responsable de l'équipe « Qualité des bois » du Laboratoire d'Etudes des Ressources forêt-bois, Dpt EFPA
- Philippe PATUREAU-MIRAND (DR Theix) UMR Nutrition humaine, Dpt AlimH
- Jean-Pierre PELISSIER (DR Ivry) UR « MONA » (Paysanneries, territoires, environnement, marchés et politiques publiques), Dpt SAE2
- Alain POINTILLART (DR Jouy) secrétaire national CGT-INRA, UR Nutrition et régulation lipidique des fonctions cérébrales, Dpt AlimH
- Laurent PREVOT (CR Montpellier) élu au CS de Centre, UMR Études des interactions entre sols, agrosystèmes et hydrosystèmes, Dpt EA
- Rémy RAGEAU (CR Clermont) élu au CS de Centre, UMR Physiologie intégrée de l'arbre fruitier et forestier, Dpts EA&EFPA
- Daniel RENOU (IE Nantes) Chargé de mission à la Formation Permanente Nationale de l'Inra, ancien élu au Conseil Scientifique National de l'Inra
- Alain ROQUES (DR Orléans) - secrétaire national CGT-INRA, DU de l'UR Zoologie Forestière, Dpt EFPA
- Philippe ROZENBERG (CR Orléans) élu au CS du Dpt EFPA et élu au CS de Centre, UR Amélioration, génétique et physiologie forestières
- Jean-Michel SALMON (DR Montpellier) - élu au CS de Centre, UMR Sciences pour l'oenologie, Dpts CEPIA&MICA
- Benoît SAUPHANOR (IR Avignon) - élu au Conseil Scientifique National de l'Inra secteur SPE, UR Plantes et systèmes de culture horticoles, Dpts EA&SPE
-  Jean-Pierre SEGAIN (CR Nantes) élu au CS du Dpt AlimH, UMR Physiologie des adaptations nutritionnelles

- Françoise SIMON-PLAS (DR Dijon) élue au Conseil Scientifique National de l'Inra secteur SPE, UMR Plante - microbe - environnement : biochimie, biologie cellulaire et écologie, Dpt SPE
- Jean-Philippe STEYER (DR Narbonne) élu au CS du Dpt EA, laboratoire de biotechnologie de l'environnement

Si vous souhaitez vous associer à cette lettre ouverte,
vous pouvez adresser un message à Jean-Louis Durand (jldurand@lusignan.inra.fr)

Cet envoi est autorisé par la note de service 2003-36.
Si vous ne souhaitez plus recevoir les messages des syndicats nationaux,
vous pouvez vous désabonner en vous connectant à l'application http://www.inra.fr/abonnements_syndicats en utilisant votre login/mot de passe LDAP.
Si vous ne connaissez pas votre login/mot de passe ldap,
adressez un message à ldapmaster@jouy.inra.fr